Les origines de Tutti : El sistema Vénézuela

Aujourd'hui, plus de six cent mille enfants et adolescents ont intégré les orchestres et les chœurs dans tout le Venezuela. El Sistema, avec l'aide des politiques, a permis la mise en place de nombreuses structures aidant les jeunes en leur apportant une culture et un grand épanouissement. Dans le même temps, la délinquance juvénile, en tout cas dans l'environnement du Sistema recule de manière spectaculaire.

 

Pour le Venezuela, la musique est devenue une ambassadrice admirée dans le monde. Le Simon Bolivar Youth Orchestra (fleuron des orchestres liés au Sistema) qui a fait ses débuts au Carnegie Hall de New York en 2007 sous la direction de Gustavo Dudamel, chef d'orchestre (issu du Système) fait aujourd'hui le tour du monde et enthousiasme tous les publics.

 

Les chefs d'orchestres et tous les musiciens qui observent ce phénomène sont unanimes et admiratifs face à ce modèle d'éducation extraordinaire.

Tout commence au Vénézuela...

 

José Antonio Abreu, (Docteur en économie et musicien), initia en 1975 la plus merveilleuse utopie culturelle, artistique et sociale jamais imaginée...

Une idée qui permet aujourd'hui aux musiciens vénézuéliens d'être reconnus et appréciés dans le monde entier.

 

L'idée extraordinaire

 

Mettre en place un système d'éducation musicale comme forme de progression sociale. El Sistema, prenant en charge et faisant jouer de jeunes enfants, permet à ceux-ci de sortir d'un environnement violent et pauvre. Rapidement associés à un orchestre ou à une chorale, les enfants se familiarisent avec les disciplines imposées par une pratique artistique complète.

 

L'enfant musicien, pratiquant quatre, cinq heures par jour, six jours par semaine, s'approprie ce qui devient une activité passionnelle qui le conduit à la recherche de l'excellence ; il se projette en qualité de musicien d'orchestre, avec ses camarades, sur un objectif commun et la musique lui offre alors quantités de perspectives.

 

Ici, parmi les élèves vénézuéliens de l'Académie de Nice en 1977, José Lubo, aujourd'hui professeur Passeurs d'Arts en France

1

Images

 

1 - Le Maestro Abreu, personnage le plus respecté du Venezuela,

au milieu des enfants.

 

2- Gustavo Dudamel, le jeune chef d'orchestre enthousiaste au milieu de ses musiciens de l'orchestre Simon Bolivar

 

3 - Lors d'un voyage à Caracas, de gauche à droite :

Valdemar Rodriguez, Eric du Faÿ, Jean-Claude Decalonne, Maestro José-Antonio Abreu, Didier Lockwood, Bolivia Bottome, Victor Rojas

2

L'objectif de Passeurs d'Arts est de développer ce modèle tout en l'adaptant à la France

Images ci-dessus :

Le Maestro Yefren Carrero fut invité en 2017 par la Fondation Simon Bolivar pour y diriger des orchestres de tous niveaux, à la demande de José-Antonio Abreu dans divers lieux de la vie musicale vénézuélienne.

Yefren Carrero est le responsable académique national du dispositif Passeurs d'Arts.

Bien entendu, la France est un pays différent du Venezuela. La situation politique, l'économie sont souvent jugées être à l'opposé... Enfin, ce sont les élus qui n'ont pas envie de se risquer dans l'aventure qui le prétendent !

Du long entretien que j'ai pu avoir avec le Maestro Abreu en 2013 (n'oublions pas qu'il est un économiste de très haut niveau), il ressort que ce qui a été possible au Venezuela serait parfaitement transposable en France, puisque nous avons aussi nos quartiers défavorisés et que l'accès aux pratiques artistiques y est réservé à une élite sociale. Nous construisons donc avec Yefren Carrero qui a grandi dans le Sistema vénézuélien ce plus beau projet d'éducation pour les enfants de toutes origines vivant sur notre territoire, avec l'idée de créer des orchestres magnifiques qui démontreront que l'art est le plus bel outil social que nous ayons à notre disposition.

Jean-Claude Decalonne

Ci dessus... Notre admiration et notre respect sont sans limites pour l'œuvre de José-Antonio Abreu. Pour cette raison, nous sommes heureux d'avoir pu participer à la remise de l'Honoris Causa remis en novembre 2014 à Lille

Autres images de moments de complicité réelle entre les Maestros Abreu et Dudamelet les Passeurs d'Arts, Yefren Carrero, Emmanuelle Redeger, Jean-Claude Decalonne

Les relations entre Passeurs d'Arts et le modèle vénézuélien, aujourd'hui.

2017...

Les liens tissés entre Passeurs d'Arts et El Sistema Venezuela se poursuivent et c'est directement sous les valeurs pédagogiques, sur le terrain qu'elles prennent les meilleurs aspects. Plusieurs professeurs Passeurs d'Arts (choisis d'abord pour leurs compétences artistiques), sont issus directement du système vénézuélien et ont régulièrement l'occasion d'être rappelés au pays pour des cycles de direction d'orchestres et des tournées auprès d'orchestres de jeunes au niveau très impressionnant.

Yefren Carrero

Le travail effectué par Yefren à Garges est enthousiasmant à plus d'un titre.

Les innovations pédagogiques sont enrichies par cette relation France Venezuela.

Yefren Carrero fait partie de ces jeunes artistes-professeurs-chefs d'orchestres aptes à développer chaque jour de nouvelles pédagogies très innovantes.

Professeur des cuivres à Garges lès Gonesse, il a passé trois mois (jusqu'en février 2017) dans des cycles de direction d'orchestres dans sa région d'origine au Venezuela.

"J'ai commencé mes activités à San Cristobal, au Nucleo Puente Real où j'ai dû donner des cours de tuba et de trombone, mais aussi trompette et cor ! J'ai pris ensuite en charge l'ensemble de cuivres et percussions. 

Je faisais travailler et jouer cet ensemble au théâtre Luis Gilberto Mendoza. Dans le Nucleo principal de Tachira, je suis intervenu en donnant les cours d'Euphonium, tuba, trompette, Trombon et cor). Élèves de toutes les régions du département et des quelques autres départements voisins sont venus pendant la période où j'étais présent. Les répétitions avec la section de cuivres et percussions de l'orchestre de ce département (Tachira) était prioritaire (symphonies de Mahler, ouvertures de Wagner faisaient partie du répertoire travaillé). Ensuite, au Centro social de Acción social por la Música, des masterclass ont été organisées pour l'académie de Trombone du Venezuela. Des membres de l'orchestre symphonique Simon Bolívar, de l'orchestre symphonique de Caracas, de l'orchestre symphonique Francisco de Miranda et d'autres orchestres au niveau national ont participé à ces ateliers sous ma direction."

Yefren, à droite, en compagnie de Jc Decalonne, Président Passeurs d'Arts et son frère Pedro, soliste international.

Quelques jours seulement après la disparition du Maestro Abreu, un concert grandiose et émouvant de près de 11.000 musiciens lui rend hommage !

Just a few days after the death of Maestro Abreu, a grandiose and moving concert of nearly 11,000 musicians pays tribute to him!

Abonnez-vous pour recevoir les news de Tutti, Passeurs d'arts

© 2019 by Passeurs d'Arts

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Icône Instagram