Eduquer pour élever les consciences

 

Eduquer pour élever les consciences était le thème de la conférence partagée dans la ferme agroécologique des Amanins dans la Drôme en ce milieu d'avril 2017.

Une trentaine de participants vivaient là depuis quelques jours et en me mêlant à eux, j'ai pu remettre un peu d'ordre dans mon imaginaire, celui là même avec lequel on s'arrange souvent un peu aisément.

Je passerai sur les notions de respect de la nature qui atteignent aux Amanins leur plus belle définition en réussissant l'union parfaite entre l'homme et la nature. 

 

Parmi les grands moments de ce séjour heureux, je n'oublierai pas ces quelques heures passées dans la belle petite école du Colibri, voulue, dirigée par Isabelle Peloux -voir sa vidéo lors de l'Université des Colibris-

 

Je rêve d'une telle école pour tous les enfants de notre planète. Une école où la bienveillance représente un merveilleux outil d'apprentissage de valeurs essentielles comme le respect de la nature et aussi des personnes, la tolérance, le goût et une belle manière de partager les connaissances entre les élèves...

La nature, les enfants la touchent (beaucoup) chaque jour, car la cour de récréation est d'abord un jardin qu'ils entretiennent avec une passion évidente, puisant de l'eau, binant, bêchant, s'émerveillant de chaque nouvelle feuille

 

Il suffit d'écouter Isabelle parler des enfants pour comprendre l'importance d'une éducation qui les implique véritablement dans un environnement où chacun doit faire sa part pour surtout ne pas mettre la planète en danger.

 

Evidemment, une école bienveillante, intégrant plusieurs enfants porteurs de handicaps qui sont pris en charge autant par les enseignants que par l'ensemble des élèves, cela nous parle chez Passeurs d'Arts ; ça a, comme on le dit chez les personnes qui réfléchissent à leur place sur terre, du sens...

À l'école du Colibri, chacun append à faire sa part.

Isabelle Peloux a réalisé un ouvrage sur cette magnifique expérience : "L'ÉCOLE DU COLIBRI"... Et comme il y a encore beaucoup, beaucoup à dire sur Michel Valentin (son mari disparu prématurément) et Pierre Rabhi (ils ont créé tous les trois les Amanins), un nouvel ouvrage est en cours d'écriture.

 

 La ferme agroécologique des amanins. À gauche, l'entrée de l'école du Colibri.

 

Nous nous sommes rencontrés à plusieurs occasions avec Isabelle Peloux lors de rencontres sur l'éducation, constatant les dégradations générées par l'inconscience collective et l'aveuglement des politiques, incapables de prendre les décisions nécessaires au sauvetage d'une jeunesse bien mal préparée aux défis qui l'attendent.

 

 Aux Amanins, j'ai pu une nouvelle fois partager longuement avec ce penseur magnifique, philosophe, paysan, adepte de la sobriété heureuse Pierre Rabhi. C'est à la fois merveilleux de ré-imaginer un monde idéal sur lequel l'homme vivrait en harmonie avec sa planète et frustrant de constater l'inconscience collective. Pierre a appris le violon, un de ses fils est musicien, a fréquenté le Conservatoire de Paris et sa sensibilité pour les arts, la culture est très grande. La philosophie des orchestres Passeurs d'Arts notre action éducative par l'orchestre en secteurs défavorisés, nos actions incluant les enfants handicapés le touchent profondément.

Pierre Rabhi et Jean-Claude Decalonne

 

Pour aider Passeurs d'Arts, c'est ici >>> Nos besoins

 

 

 

Please reload

Article proposé

TUTTI, parce que ça veut dire ENSEMBLE !

May 5, 2018

1/10
Please reload

Articles récents
Please reload

Abonnez-vous pour recevoir les news de Tutti, Passeurs d'arts

© 2019 by Passeurs d'Arts

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Icône Instagram