Les honneurs du Parisien pour Passeurs d'Arts

​Article Île-de-France & Oise > Seine-Saint-Denis : Jérémie Longuet

 

 Bondy : ces musiciens en herbe décrochent de meilleures notes

Le vendredi 23 février. Depuis qu’ils ont intégré l’orchestre « Tutti Bondy » en septembre dernier, les 36 élèves de l’école Roger-Salengro ont tous fait des progrès remarquables.

36 élèves de 7 à 9 ans de l’école Roger-Salengro de Bondy forment depuis six mois le premier orchestre à vocation sociale de Seine-Saint-Denis. Et les résultats ne se sont pas fait attendre.

Joyeuse cacophonie, ce vendredi après-midi, en pleines vacances scolaires, dans l’une des salles de classe de l’école élémentaire Béthinger à Bondy. Avant leur dernière répétition de la semaine, la quinzaine d’élèves présents débordent d’énergie… Soudain, « Tutti ! Tout le monde est prêt à jouer ? » lance Simon Suarez, le professeur. Immédiatement, le silence se fait. « Oui » répondent en chœur les petits musiciens, cramponnés à leur instrument.

Depuis septembre 2017, tous font partie de « Tutti Bondy », le tout premier orchestre à vocation sociale de Seine-Saint-Denis. Un projet musical ambitieux dont le but est « de créer un orchestre au cœur des quartiers défavorisés pour lutter contre l’échec scolaire », explique Jean-Claude Decalonne, président et fondateur de Passeurs d’Arts, l’association qui pilote le dispositif, financée à 80 % par du mécénat privé. Un financement participatif est actuellement ouvert surhelloasso.com.

Au total, 36 élèves - 18 cuivres et 18 bois - du groupe scolaire Salengro-Béthinger-Savary, situé en zone d’éducation prioritaire (ZEP), ont été choisis en début d’année après quelques petits tests d’aptitude. Depuis, ces enfants âges de 7 à 9 ans, qui se sont vus confier un instrument flambant neuf, bénéficient de 6 heures de cours par semaine, même en période de vacances scolaires.

Un concert à Paris

Et les résultats ne se sont pas fait attendre. Flûte traversière, clarinette, trompette, tuba ou encore saxophone, en moins de six mois, les enfants ont apprivoisé leur instrument, alors que pour beaucoup, c’était une véritable découverte. Ces petits musiciens en herbe se sont même produits plusieurs fois en concert, comme sur la scène du conservatoire de Paris (XIXe), en décembre. « Les enfants n’ont pas de limites, ce sont les adultes qui leur en donnent », estime Jean-Claude Decalonne.

« Pour eux, c’est très gratifiant de réussir à jouer de la musique, de se faire applaudir devant leur famille, analyse Estelle Wolf, trompettiste, diplômée du conservatoire de Mulhouse (Haut-Rhin) et responsable de l’orchestre. C’est une façon d’apprendre plus ludique, tout en étant concentré. En jouant avec les autres, ils font et se font plus confiance. Il y a aussi une véritable entraide. Du coup, ça améliore l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes, et ce, dans tous les domaines. »

De meilleurs résultats scolaires

« La musique est l’outil le plus infaillible pour aider un enfant à progresser, notamment à l’école, assure Jean-Claude Decalonne. Nous avons fait réaliser une étude à Garges-lès-Gonesse (Val-d’Oise) dont nous nous occupons également. Le rapport mentionnait qu’une fois dans l’orchestre, certains élèves voyaient passer leur note de 5 à 12 sur 20 en six mois. C’est le miracle de la musique. »

De leur côté, les parents, eux aussi, n’ont pas tardé à apprécier le changement. « C’est incroyable de voir qu’en quelques mois, il sait jouer du saxophone », se félicite Saïd, père de Mehdi, 9 ans. « Ma fille est une rêveuse, explique Agathe, mère de Maëli, 8 ans, l’une des flûtes traversière de l’orchestre. Elle nous a surinés pour en faire. Et c’est vrai que maintenant, elle est beaucoup plus épanouie, plus concentrée dans tout ce qu’elle fait. »

« Pour moi, c’est devenu naturel de jouer »

Yasmine, 7 ans, s’initie à la flûte traversière

 Bondy, vendredi 23 février. Yasmine, 7 ans, a choisi la flûte traversière, car « elle peut en jouer partout ». LP/J.L.

Avant le mois de septembre dernier, Yasmine, 7 ans, n’avait jamais touché un instrument de musique. Aujourd’hui, même si ce n’est qu’un début, elle semble déjà très à l’aise avec sa flûte traversière. « Ça me plaît de savoir jouer, explique la fillette, en classe de CE2. En plus, j’aime bien apprendre pour pouvoir faire des concerts après. » A ses côtés, Amel, sa mère, a vu sa fille se transformer en quelques mois. « D’un point de vue socioculturel, c’est magique, explique la professeure des écoles. Je suis très étonnée de voir à quel point elle est investie. Et maintenant, elle reconnaît tous les instruments qu’elle voit. » Une passion semble bel et bien être née chez l’enfant. « Pour moi, c’est devenu naturel de jouer. Contrairement aux autres instruments, le son n’est pas fort donc je peux en faire partout et souvent, même le soir. J’espère en jouer le plus longtemps possible ».

Fin de l'article du Parisien

 Un enfant musicien :

"Ce qu'il y a de bien chez Passeurs d'Arts, c'est que notre orchestre s'appelle TUTTI... et Tutti, ça veut dire ENSEMBLE !"

 

ADHÉREZ

AIDEZ NOUS

Écrivez nous

 

 

 

Please reload

Article proposé

TUTTI, parce que ça veut dire ENSEMBLE !

May 5, 2018

1/10
Please reload

Articles récents
Please reload

Abonnez-vous pour recevoir les news de Tutti, Passeurs d'arts

© 2019 by Passeurs d'Arts

  • Blanc Facebook Icône
  • Blanc Twitter Icon
  • Blanc Icône YouTube
  • Blanc Icône Instagram